Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
Site de
René-Louis BERCLAZ
 
Droits de l'homme - Démocratie
rss feed
Vign2_tribunal_federal_suisse_all
Salle d'audience du Tribunal fédéral suisse Comme à la Foire au lard de Martigny, les grandes institutions sont vraiment le cadre idéal pour faciliter la...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
Vign2_Pantheon_Paris_all
En date du 21 avril 1982, d’éminentes personnalités du monde de la Résistance, de la Déportation et de la recherche scientifique se mobilisèrent pour fonder à Paris une « Association pour l’étude des assassinats par gaz sous le régime national-socialiste » (ASSAG). Cette association avait pou...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Courrier du Continent

11/02/2016 11:41:50
Vign2_DSC00180_all
Le Courrier du Continent est un périodique politique de douze pages qui présente dix fois l’an une revue de la presse internationale, une tribune libre, des notes de lecture, une rubrique consacrée à l’histoire et à la culture, l’actualité révisionniste et un éditorial....Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_7772560130_salle-d-audience-de-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme-cedh-en-2007-archives_all
La salle d'audience de la Cour européenne des Droits de l'homme à Strasbourg...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_shoah_all
Mais que demande le peuple quand Le Temps, journal de référence du politiquement correct en Suisse romande, reprend mot à mot les arguments révisionnistes en matière de liberté d’expression !...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_le-tribunal-federal_all
Dans un arrêt du 22 mars 2000 (arrêt 6S.719/1999), le Tribunal fédéral suisse affirme : « Il est prouvé que sous le régime national-socialiste plusieurs mil...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Message d'exil

04/12/2013 19:47:36
Vign2_Jurgen-Graf-1_all
Traduction de l’interview donnée par Jügen Graf le 24 février 2013 à YJC (Young Journalists Club) Iran http://www.yjc.ir/en/print/198...Lire la suite
Publié par Jürgen GRAF •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Appel des Huit pour la Paix

18/11/2013 10:48:24
Vign2_tribunal_de_Nuremberg_all
Appel des Huit pour la Paix, Malaga, 10 octobre 2013...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

La paille et la poutre

29/10/2013 17:53:19
Vign2_la-paille-et-la-poutre_all
Les Droits de l’homme sont-ils respectés en Suisse ? En venant sur Terre, le citoyen planétarien reçoit au berceau quelques douillets chiffons de papier, grâce auxquels il jouira sa vie durant d’une sollicitude que même les meilleurs parents du monde ne sauraient lui prodiguer....Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_injustice_all
Il existe un abîme d’incompréhension entre les juristes et les gens « normaux ». Cet abîme d’incompréhension est dû au fait que la logique juridique n’a rien à voir avec le plus élémentaire bon sens, ni même avec la just...Lire la suite
Publié par Frank BRUNNER •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
first prev 1 2 next last
 
Religion & Franc-Maçonnerie
rss feed
Vign2_Pie_XII_all
Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par Jean-Louis BERGER •  Ajouter un commentaire  3 commentaires

L'Anti-Christ

03/12/2017 15:14:51
Vign2_antc3a9christ-juif_all
Normal 0 21 false false false FR-CH X-NONE...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  6 commentaires
Vign2_V2-ESCROQUERIE_all
Normal 0 21 false false fa...Lire la suite
Publié par Arthur W. TERMINIELLO •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Les mangeurs de cendres

31/08/2016 14:49:08
Vign2_saturne_devore_ses_enfants_all
Normal 0 21 false false false...Lire la suite
Publié par Francis GOUMAIN •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

La Némésis du dieu Six

24/06/2016 19:43:56
Vign2_la_colere_de_dieu_116x89_all
Normal 0 21 false false false...Lire la suite
Publié par Francis GOUMAIN •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_Pie_IX_all
800x600 Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par XXX •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_Francois_all
&n...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_monnaie_666_all
Tout d'abord, pratiquement toutes les interprétations du chiffre 666 relèvent d'une...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Judas trône au Vatican

14/12/2014 10:22:28
Vign2_sculptureFloriano_Bodini_sur_Montini-P6_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  2 commentaires
Vign2_crimes_des_papes_all
Cette secte m...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
first prev 1 2 next last
 
Histoire

L'historien révisionniste Jürgen Graf avait raison !

18/07/2017 11:49:47

 

 

 

L’affaire du nombre de réfugiés juifs refoulés aux frontières de la Suisse pendant la Deuxième guerre mondiale focalise l’attention sur ce chiffre selon l’hypothèse – présentée comme une certitude indiscutable – qu’un refoulement était une mesure équivalant à une sentence de mort. Et pour signer l’infamie, les réfugiés refoulés étaient identifiables par le tampon « J » apposé sur leur passeport, un tampon qui aurait été imposé par la Suisse aux ressortissants du Reich de confession juive.

C’est ce qui ressort des excuses officielles présentées le 7 mai 1995 à la communauté juive par le conseiller fédéral Kaspar Villiger, alors président en exercice de la Confédération helvétique : « En introduisant le tampon « J », l’Allemagne a fait droit à une requête suisse. Ce tampon a été approuvé par la Suisse en octobre 1938. En nous fondant sur une conception par trop étroite de l’intérêt national, nous avons alors fait un choix incorrect. Le Conseil fédéral le regrette profondément et il s’en excuse, tout en étant bien conscient qu’au final une telle défaillance est inexcusable. »

L’importance de la chronologie est à noter : janvier 1995 – introduction de la norme pénale antiraciste (article 261 bis CPS) ; mai 1995 – excuses officielles du Conseil fédéral dans l’affaire du tampon « J » ; septembre 1995 – début de l’affaire des fonds juifs en déshérence avec la visite d’une délégation du Congrès Juif Mondial (CJM) au siège de l’Association suisse des banquiers (ASB) en vue d’enquêter sur les comptes juifs en déshérence.

Ce n’est qu’après l’entrée en vigueur d’une norme pénale interdisant toute recherche historique critique sur un chapitre controversé de l’histoire de la Deuxième guerre mondiale, en rapport avec les fonds juifs en déshérence et les excuses officielles de la Suisse, que la machine à dépouiller, à broyer et à coloniser les peuples d’Europe pouvait se mettre « en marche » dans les conditions nécessaires à son succès.

L’affaire du tampon « J » telle que la présente Kaspar Villiger est totalement fallacieuse et constitue un véritable outrage à l’honneur de nos ancêtres.

Depuis 1926 les ressortissants allemands pouvaient entrer sans visa en Suisse sur simple présentation de leur passeport. Le principe de réciprocité permettait aux citoyens suisses d’entrer en Allemagne dans les mêmes conditions. En août 1938, conséquence de l’échec de la Conférence internationale d’Evian qui était censée résoudre la question des réfugiés juifs en provenance de la nouvelle Allemagne, l’ambassade de Suisse à Berlin présenta au Ministère des Affaires étrangères du Reich une note demandant qu’un visa soit délivré par un consulat suisse à tout ressortissant allemand désireux de se rendre en Suisse. L’Allemagne rétorqua que cette décision allait entraîner une mesure de réciprocité et que les ressortissants suisses seraient eux aussi dans l’obligation d’obtenir un visa pour se rendre en Allemagne. C’était obliger la grande majorité de la population à se soumettre à une mesure restrictive qui ne concernait qu’une petite minorité. Le Ministère des Affaires étrangères du Reich proposa alors d’apposer un tampon « J » sur les passeports des Juifs allemands dans l’idée que cette mesure allait faciliter le contrôle des Juifs quittant l’Allemagne pour se rendre en Suisse ou ailleurs à l’étranger. Le Conseil fédéral se rendit à cette proposition, qui n’était point due à son initiative ni d’ailleurs de son ressort, du moment qu’elle n’obligeait pas la Suisse, en fonction du principe de réciprocité, à apposer un tampon « J » sur le passeport des Juifs suisses. Seule une telle mesure aurait pu justifier des excuses de la part de la Suisse vis-à-vis de la communauté juive.

Comment est-il possible de croire que la Suisse aurait pu faire autrement, du moment qu’une telle « proposition », formule purement diplomatique, émanait d’un puissant voisin qui venait de conclure à Munich un accord de paix avec la France et la Grande-Bretagne ?

Dès janvier 1939 la Suisse imposa le régime du visa pour tous les étrangers : la question du séjour des étrangers en Suisse se réglait au cas par cas (tourisme, affaire, transit, travail, asile politique, établissement) sans discrimination due à la race.

Les excuses officielles présentées par Kaspar Villiger ne sont pas la bévue d’un ignorant, mais bien l’acte d’allégeance de la Suisse au Nouvel Ordre Mondial (NOM) proclamé à l’insu du plein gré du peuple et des cantons souverains.

Après qu’un armistice eût été signé en juin 1940 entre l’agresseur (la France) et l’agressé (l’Allemagne), une ligne de démarcation sépara la zone occupée d’un Etat français placé par l’Assemblée nationale de la République du Grand Orient sous l’autorité du Maréchal Philippe Pétain. Le tracé de cette ligne laissait entre la zone libre et la Suisse une frontière commune située dans la partie sud du canton de Genève.

En août 1942, le Conseil fédéral ferma la frontière aux Juifs, une mesure qui visait surtout la « fenêtre » de Genève par où un intense trafic se développait depuis l’armistice conclu entre la France et l’Allemagne.

Avec l’occupation de la zone libre par la Wehrmacht en novembre 1942, la Suisse se retrouva entièrement entourée par les forces de l’Axe et le trafic frontalier en fut rigoureusement contrôlé par les forces d’occupation allemandes. C’est pourquoi le Conseiller fédéral von Steiger, sans pour autant lever formellement les restrictions visant les Juifs, ce qui aurait provoqué un appel d’air (la barque est pleine…), donna des instructions confidentielles pour que les réfugiés juifs qui se présenteraient aux frontières ne soient pas systématiquement refoulés.

La Commission Bergier fut mandatée par le Conseil fédéral pour faire la lumière sur les fonds juifs en déshérence mais non pas sur le sort des réfugiés juifs refoulés, une « discrimination » surprenante puisque l’affaire des fonds juifs en déshérence relève du secret bancaire et de la sphère privée entre les banques suisses et leurs clients, alors que le sort des réfugiés est une affaire d’Etat. La Commission Bergier, dirigée en fait par l’historien Saul Friedländer, un ancien du Betar et de l’Irgoun (des références en matière de terrorisme…), fixe pourtant à 24 398 le nombre de réfugiés juifs refoulés pendant la guerre. L’historien bâlois Jürgen Graf a examiné la question dans Le Contre-Rapport Bergier, un opuscule publié en mars 2000 par l’Association Vérité et Justice. Jürgen Graf avait alors estimé ce chiffre à 3000. Ce n’est toutefois pas le fait d’avoir minimisé le nombre des réfugiés juifs refoulés qui valut à Jürgen Graf une condamnation pénale mais parce qu’il se posait des questions sur leur sort réel. En effet, selon la version obligée de l’histoire, les réfugiés juifs refoulés étaient systématiquement voués à la mort.

Il y a sept ans, Serge Klarsfeld, célèbre chasseur de nazis devenu historien de la Shoah, avait estimé lui aussi que 3000 réfugiés juifs avaient été refoulés par la Suisse.

Ce nombre a encore été revu à la baisse après la publication le 27 mai 2017 de la thèse de doctorat (plus de 1000 pages) de Ruth Fivaz-Silbermann intitulée La fuite en Suisse. L'historienne genevoise, qui a travaillé pendant près de 19 ans à sa thèse, a retrouvé la trace de 2844 Juifs refoulés à la frontière franco-suisse, lieu de passage utilisé par plus de 15 000 juifs qui se sont présentés à la frontière, et dont un peu moins de 20 % – soit 2844 – auraient été refoulés.

Parmi les personnes refoulées, la doctorante de l’Université de Genève aurait identifié 248 Juifs qui, selon elle, ont été déportés et exécutés après leur renvoi par la Suisse. L’historienne estime qu’en plus des réfugiés refoulés identifiés, quelques centaines d’autres Juifs inconnus auraient disparu après leur renvoi par la Suisse.

En s’alignant sur les chiffres de Jürgen Graf, Ruth Fivaz-Silbermann remet en question le chiffre de 24 398 refoulements lors de la Deuxième guerre mondiale retenu par le Rapport Bergier. Reste la question sensible des Juifs refoulés qui auraient disparu. Selon elle, la responsabilité en incomberait aux seuls gradés en charge de la frontière (militaires, policiers ou douaniers) qui auraient refoulés sans pitié des réfugiés qui se présentaient au poste-frontière. En fait, des officines de mèche avec la Résistance française fabriquaient des faux papiers d’identité à la chaîne et ce trafic lucratif se monnayait fort cher : les services de renseignements suisses n’en ignoraient rien. Ce qui explique pourquoi ceux qui en étaient munis et qui tentaient de franchir la frontière parfois à de nombreuses reprises avec différentes fausses identités étaient refoulés pour avoir utilisé de faux papiers en toute connaissance de cause et à leurs risques et périls.

Il se confirme donc que les excuses officielles présentées à ce sujet par Kaspar Villiger étaient totalement déplacées et que Jürgen Graf avait raison.

 

 

 

Publié par René-Louis BERCLAZ •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





 
Science
rss feed
Vign2_les_dupont_sur_la_Lune_all
Normal 0 21 false false fa...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  2 commentaires
Vign2_geo_all
Normal 0 21 false false false FR-CH...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  5 commentaires

Calcul du Temps

08/01/2014 18:55:21
Vign2_cadran_solaire2008_003_all
...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
list_album
Vign2_image001_all
Preuve visuelle que la théorie de Copernic est fausse...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Le dogme caduc de Copernic

31/10/2013 11:13:08
Vign2_systeme_copernic_all
S’il est un dogme solidement établi, c’est bien celui de Copernic (1473-1543), selon lequel la terre tourne autour du soleil. Mettre en doute un tel dogme, c’est immédiatement passer pour fou, tellement la question ne se pose même pas, le dogme ayant été comme incrusté dans le cerveau depuis l’enfance et les centaines...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  3 commentaires
first prev 1 2 next last
 
Figures de légende
rss feed

Hommage à Ernest Zündel

01/09/2017 08:17:19
Vign2_1045055-le-pamphletaire-et-editeur-negationniste-allemand-ernst-zundel-le-9-fevrier-2006-a-mannheim-en-allem_all
Ernst Zündel Pour Ingrid Rimland, l’épouse du défunt (29 avril 1939 – 5 août 2017) : « Il n’y a aucun dout...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  2 commentaires
Vign2_volontari_di_francia_carlo_panzarasa_all
Carlo Alfredo Panzarasa Dans ce monde qui marche cul par-dessus tête, il est des destins d’une logique impitoyable… Prenez Dario Fo : en 1943, à 17 ans, il est engagé volontaire dans les parachutistes, unité d’élite de la Répu...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_georges-bernanos1_all
Normal 0 21 false false false FR...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_jean_edern_hallier_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_ezra_pound_arno_breker_all
Normal 0 21 false false false FR...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_Vilfredo_Pareto_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_WagnerBrekerlarge_all
Richard Wagner par Arno Breker Jacques d’Arnoux (1896-1980), grand invalide de la Première guerre mondiale, grand officier de la Légion d’honneur, proposa dans son ouvrage Paroles d’un revenant (Ed. Plon, 1941, page 238) une hiérarchie des arts selon le rang suivant : <...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  2 commentaires

Eloge du Colonel Olrik

09/11/2013 14:26:27
Vign2_olrik_all
Éloge du colonel Olrik, homme de goût, de savoir et d’action, chef du 13e Bureau pour la sûreté de l’État, directeur des services d’espionnage de l’Empire, conseiller de l’empereur Basam Damdu Dès la deuxième image du premier alb...Lire la suite
Publié par Jean-Jacques LANGENDORF •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
 
Communiqué

Suite au blocage des

transactions par PayPal,

la boutique en ligne des

Editions de Cassandra a

été supprimée.

 

Nous nous excusons

pour ce désagrément,

mais il faut savoir que

cette mesure unilatérale

a été prise à l’insu de

notre plein gré et sans

que PayPal ne daigne

donner la moindre

explication à ce sujet.

 

Nous vous remercions

de votre compréhension

et nous vous confirmons

que ces livres et brochures

sont toujours disponibles.

 

Il suffit pour se les

procurer de demander

notre catalogue

à l’adresse suivante :

 

EDITIONS DE CASSANDRA

Case postale 141

CH-3960 Sierre (Suisse)

editionsdecassandra@yahoo.fr

 

 
Charte du Site
Vign_5160636-sceau-de-cire-avec-un-drapeau-suisse-sur-le
Quand la Vérité n'est pas libre, la Liberté n'est pas vraie

Selon l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, adoptée à Paris par l’Assemblée générale des Nations Unies en date du 10 décembre 1948 :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Lors de la 102e session du Comité des Droits de l’homme qui s’est tenue à Genève du 11 au 29 juillet 2011, l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme a été amendé par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Observation No 34).

Ce Pacte a valeur contraignante pour les Etats parties. La Confédération helvétique n’a pas formulé de réserve concernant le paragraphe 49.

« 49. Les lois qui criminalisent l’expression d’opinions concernant des faits historiques sont incompatibles avec les obligations que le Pacte impose aux Etats parties en ce qui concerne le respect de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression.
Le Pacte ne permet pas les interdictions générales de l’expression d’une opinion erronée ou d’une interprétation incorrecte d’événements du passé. Des restrictions ne devraient jamais être imposées à la liberté d’opinion et, en ce qui concerne la liberté d’expression, les restrictions ne devraient pas aller au-delà de ce qui est permis par le paragraphe 3 ou exigé par l’article 20. »

L’article 261 bis du Code pénal suisse (loi dite antiraciste) est entré en vigueur en date du 1er janvier 1995. Le paragraphe 4 vise celui qui :

« (…) niera, minimisera grossièrement ou cherchera à justifier un génocide ou d’autres crimes contre l’humanité. »

Ce paragraphe a été interprété et appliqué sans mesure de manière à criminaliser des opinions non conformes à la version obligée de l’Histoire. Cette loi-bâillon a introduit dans l’espace de liberté qu’a toujours symbolisé notre Confédération une entrave à la liberté d’expression, telle qu’elle se trouve pourtant garantie par l’article 16 de la Constitution fédérale.

CONCLUSION : le paragraphe 4 de l’article 261 bis est manifestement incompatible avec le paragraphe 49 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Dont acte !

La Sentinelle du Continent est là pour veiller à l'application de ce Pacte afin qu'il ne reste pas lettre morte.

Les atteintes à la liberté d'expression qui seront portées à sa connaissance  pourront faire l'objet d'une publication sur le site.

La Sentinelle du Continent se réserve le droit d'agir en justice, d'entente avec les personnes susceptibles d'avoir été  lésées dans l'exercice de leurs droits fondamentaux.

Visites
© 2013
Créer un site avec WebSelf