Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
Site de
René-Louis BERCLAZ
 
Droits de l'homme - Démocratie
rss feed
Vign2_tribunal_federal_suisse_all
Salle d'audience du Tribunal fédéral suisse Comme à la Foire au lard de Martigny, les grandes institutions sont vraiment le cadre idéal pour faciliter la...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
Vign2_Pantheon_Paris_all
En date du 21 avril 1982, d’éminentes personnalités du monde de la Résistance, de la Déportation et de la recherche scientifique se mobilisèrent pour fonder à Paris une « Association pour l’étude des assassinats par gaz sous le régime national-socialiste » (ASSAG). Cette association avait pou...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Courrier du Continent

11/02/2016 11:41:50
Vign2_DSC00180_all
Le Courrier du Continent est un périodique politique de douze pages qui présente dix fois l’an une revue de la presse internationale, une tribune libre, des notes de lecture, une rubrique consacrée à l’histoire et à la culture, l’actualité révisionniste et un éditorial....Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_7772560130_salle-d-audience-de-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme-cedh-en-2007-archives_all
La salle d'audience de la Cour européenne des Droits de l'homme à Strasbourg...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_shoah_all
Mais que demande le peuple quand Le Temps, journal de référence du politiquement correct en Suisse romande, reprend mot à mot les arguments révisionnistes en matière de liberté d’expression !...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_le-tribunal-federal_all
Dans un arrêt du 22 mars 2000 (arrêt 6S.719/1999), le Tribunal fédéral suisse affirme : « Il est prouvé que sous le régime national-socialiste plusieurs mil...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Message d'exil

04/12/2013 19:47:36
Vign2_Jurgen-Graf-1_all
Traduction de l’interview donnée par Jügen Graf le 24 février 2013 à YJC (Young Journalists Club) Iran http://www.yjc.ir/en/print/198...Lire la suite
Publié par Jürgen GRAF •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Appel des Huit pour la Paix

18/11/2013 10:48:24
Vign2_tribunal_de_Nuremberg_all
Appel des Huit pour la Paix, Malaga, 10 octobre 2013...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

La paille et la poutre

29/10/2013 17:53:19
Vign2_la-paille-et-la-poutre_all
Les Droits de l’homme sont-ils respectés en Suisse ? En venant sur Terre, le citoyen planétarien reçoit au berceau quelques douillets chiffons de papier, grâce auxquels il jouira sa vie durant d’une sollicitude que même les meilleurs parents du monde ne sauraient lui prodiguer....Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_injustice_all
Il existe un abîme d’incompréhension entre les juristes et les gens « normaux ». Cet abîme d’incompréhension est dû au fait que la logique juridique n’a rien à voir avec le plus élémentaire bon sens, ni même avec la just...Lire la suite
Publié par Frank BRUNNER •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
first prev 1 2 next last
 
Religion & Franc-Maçonnerie

Aux origines de la crise actuelle de l'Eglise : Ernesto Nathan et Pietro Pacelli

08/10/2015 10:59:19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pie IX (1792-1878)

 

 

 

 

« Pris sur le fait, l'impayable commandeur !... Voici un récent incident qui a donné lieu aux commentaires parmi les catholiques de Rome :

 

« Dimanche 7 mars 1897, les fidèles se pressaient dans la basilique Saint-Pierre l'après-midi ; un Te Deum solennel d'actions de grâces y était chanté pour célébrer le commencement de la vingtième année du pontificat de Léon XIII et l'anniversaire de son couronnement. A Rome, dans les grandes basiliques, il n'y a pas de chaises et la foule qui y pénètre à flots pressés forme comme des courants divers s'écoulant en sens contraires.

 

« Or, il faut savoir que le grand-maître du Grand Orient d'Italie, le Franc-Maçon Ernesto Nathan, a la sacrilège audace de s'introduire dans les basiliques pour espionner lui-même, pendant les cérémonies du culte : ce que Lemmi n'ose pas. Chez Nathan c'est une habitude. Nathan était donc venu à Saint-Pierre, ce jour-là, mêlé à la foule pieuse et croyant passer inaperçu. Mais, son manège ayant été remarqué par un catholique, celui-ci suivit le grand-maître, fils naturel de Mazzini et de Sarah Nathan dont j'ai parlé dans mon volume sur Crispi.

 

« Le hasard fit que, dans le va-et-vient de la foule, Pietro Pacelli et Ernesto Nathan se croisèrent. Pacelli, qui ignorait que le grand-maître espion était lui-même surveillé, Pacelli, que les catholiques ne soupçonnent pas être en relations avec la secte, Pacelli, ne se croyant pas vu, salua gracieusement le Franc-Maçon Nathan. Je cite les termes mêmes du correspondant très sûr qui m'a transmis la nouvelle : « Pacelli salua Nathan très gracieusement, de l’air d'un ami très cher, et Nathan répondit à son salut de même. » On juge de la stupéfaction du catholique qui s'était attaché aux pas d'Ernesto Nathan. Le vice-président de l'Union antimaçonnique est donc en rapports d'amitié avec le chef des Francs-Maçons italiens, et il « témoignait son amitié » au grand-maître en pleine basilique Saint-Pierre, dans des circonstances ou la présence de celui-ci était une profanation !... Ce fait, bien significatif a été aussitôt porté à la connaissance de plusieurs, et chacun de dire : « Ce n’est donc pas seulement le fils Pacelli, le conseiller municipal, qui fraye avec Nathan ! mais le père, Pietro Pacelli, est lui- même en excellents termes avec le chef des ennemis qu'il affecte de combattre ! Les Alliata et Veraichi recommandent à tous les anti-maçons italiens de ne pas ébruiter l'incident. C'est pourquoi je considère comme un devoir de l'imprimer tout vif. A bas les masques, messieurs ! »

 

Témoignage donné par Diana Vaughan lors d’une conférence sur le Palladisme donnée le lundi 19 avril 1897 à grande salle de la Société de Géographie, boulevard Saint Germain à Paris. (1)

 

Les deux familles Pacelli et Montini avaient depuis longtemps été associées aux affaires vaticanes. Le grand-père d'Eugenio Pacelli, Marcantonio, originaire de la province de Viterbe était venu à Rome vers 1840, lorsque son frère Ernesto, associé à la Banque Rothschild, se chargea de faciliter un important emprunt des Etats Pontificaux sous le pontificat de Grégoire XIV. Ernesto resta sur place pour installer à Rome les premières agences du Banco di Roma, cependant que Marcantonio devenait l'homme de confiance et conseiller juridique de Grégoire XIV et de son successeur, Pie IX, accompagnant ce dernier dans son exil à Gaëte, lorsque les troubles politiques à Rome devinrent par trop inquiétants. Justifiés ou pas, les troubles révolutionnaires dans les Etats Pontificaux avaient été déclenchés à l'instigation des chefs de la Franc-Maçonnerie italienne. Tout comme les protestants du XVIe siècle étaient d'ex-catholiques, prétendant avec assurance avoir découvert une meilleure expression de leur foi, les maçons au cours du XIXe siècle étaient d'ex-catholiques persuadés d'avoir découvert une manière meilleure de vivre et de diriger la société. Dans les pays catholiques, en particulier l'Italie et la France, la démarcation n'était pas toujours claire entre catholiques et maçons. On sait qu'au moment de la Révolution française des centaines de clercs français avaient ajouté un serment maçonnique à leurs engagements sacerdotaux et que, selon des sources maçonniques qui se prétendent fiables, le RP Giovanni Maria Ferreti qui deviendra la Pape Pie IX avait été admis à l'âge de quarante-six ans à la loge La Chaîne éternelle de Palerme en 1837. Ceci fut une pure calomnie de la Maçonnerie pour se venger du saint pape de l’Immaculée et de l’Infaillibilité Pontificale.  Réinstallé dans ses fonctions, Pie IX vécut pour convoquer le Concile du Vatican de 1870, aujourd'hui dénommé Concile Vatican « premier ».

 

A son retour de Gaëte, Marcantonio Pacelli abandonna ses fonctions aux côtés du Pape pour rejoindre les fondateurs du journal du Vatican l'Osservatore Romano. Comme ce sera le cas du petit Montini quelques années plus tard, Eugenio, le petit-fils de Marcantonio, ne fut pas autorisé à fréquenter l'école. On le disait trop frêle (exactement ce que l'on dira du petit Montini) ; il eut donc un précepteur à la maison jusque dans les années terminales de ses études secondaires, avant d'être diplômé du Lycée Visconti, établissement d'Etat bien connu des Romains pour être le plus anticlérical et opposé à l'Eglise de tous les lycées de la ville. Eugenio Pacelli n'avait que deux ans lorsque son père le présenta à Pie IX presque mourant, qui, de son lit, lui aurait dit : « Eduquez bien votre jeune fils pour qu'un jour il serve le Saint-Siège ».

 

Le successeur de Pie IX, Léon XIII maintint la tradition faisant des Pacelli une « famille du Vatican » et prit Eugenio sous son aile sitôt ses études secondaires terminées, le plaçant pour le former sous la tutelle du Secrétaire d'Etat, le cardinal Rampolla, dont il sera pendant un temps le secrétaire. « Faites en un bon diplomate » fut la recommandation du Pape. De nouveau le jeune homme ne devait pas suivre un cursus estudiantin normal. Il fit ses études ecclésiastiques chez lui, et ne rejoignit le séminaire de la Capranica que pour les deux dernières années d'études et en tant qu'externe, sur les instances du cardinal secrétaire d'Etat Rampolla auprès du Recteur de cet Institut.

 

Si le choix par la famille Pacelli du Lycée Visconti avait été étrange, celui de la Capranica par le cardinal était plus déconcertant encore, si l’on oublie que Rampolla était un haut maçon d’une loge pratiquant la magie noire, les messes noires, etc... Dans les années 1890, ce séminaire était de notoriété publique réputé être en Italie le quartier général des modernistes, plus tard condamnés par saint Pie X. Cet Institut a maintenu jusqu'aujourd'hui sa réputation, recueillant « l'abbé rouge » Franzoni après son suspens a divinis de 1970 et Ivan Illich du CIDOC, pendant que les habitants du quartier continuaient de se plaindre de bruyantes célébrations nocturnes s'y déroulant des nuits entières, à l'intérieur et aux abords dans les rues sombres qui l'entourent, à chaque triomphe communiste, que ce fût pour l'adoption de l'avortement légal par le Parlement italien ou pour le succès de la gauche lors d'un référendum au Chili.

 

Tout y était beaucoup plus calme à la fin du siècle dernier, et l'enseignement bien que peu orthodoxe y était sans doute aussi plus sérieux. On ne saura sans doute jamais précisément la teneur de l'enseignement particulier que reçut le futur Pie XII, mais sa maigre scolarité dans l'isolement s'ajoutant au pli révolutionnaire des établissements qu'il fréquenta font une étrange préparation pour une carrière dans la hiérarchie Catholique. En tout cas, ce n’est pas dans ce contexte qu’il apprit à combattre les ennemis de l’Eglise…. Une fois Pape, Pie XII demeura fidèle à la Capranica, à laquelle il consacra l'une de ses rares excursions hors du Vatican en 1957, pour inspecter les travaux de restauration qu'il avait lui-même fait entreprendre sur les principaux bâtiments. C'est à propos de celui que le Pape Léon XIII avait chargé de guider l'enfant Pacelli, le Cardinal Rampolla, qu'il devient difficile d'éviter le terme de conspiration, ne serait-ce que parce que le cardinal, issu de la noblesse sicilienne, est l'un des personnages les plus noirs de l'histoire de l'Eglise Catholique.

 

Titulaire du poste en second le plus important du Vatican pendant seize des vingt six ans du pontificat de Léon XIII, il était généralement admis que le cardinal Rampolla serait le prochain pape. Le Pape Léon XIII étant mort en 1903, un conclave fut convoqué au cours duquel les premiers scrutins virent monter les chances de Rampolla, lorsqu'à la stupéfaction des électeurs, le cardinal métropolitain de Cracovie se leva soudain pour demander l'arrêt de la procédure, par une déclaration qui allait être retransmise par tous les télégraphes du monde. Parlant au nom de Sa Majesté impériale François-Joseph d'Autriche-Hongrie, le Primat de Pologne mettait un veto à l'élection de Rampolla. Aussi ennuyés que stupéfaits, les Pères du Conclave découvrirent que par suite d'une clause oubliée d'un Traité entre Vienne et le Vatican, cette intervention les liait juridiquement.

 

Il n'était pas donné de raison au veto, encore qu'une fût suggérée de nature politique. On supposait que l'Autriche avait été indisposée par certaines attitudes pro-françaises de Rampolla. Des années plus tard cependant, il fut révélé qu'un certain Mgr Jouin, prêtre français fondateur de la célèbre Revue Internationale des Sociétés Secrètes, qui se consacrait à rechercher les Francs-Maçons avec le zèle d'un Simon Wiesenthal de nos jours recherchant les nazis, avait apporté ce qu'il disait être l'irréfutable évidence que le cardinal n'était pas seulement un membre de la Loge mais bien le Grand Maître d'une secte particulièrement secrète, connue comme l'Ordo Templi Orientalis, dans laquelle il avait été initié en Suisse quelques années plus tôt. Les efforts de Mgr Jouin pour faire parvenir cette information à l'attention du Pape Léon XIII avaient bien évidemment été jusque là annihilés par Rampolla, ses assistants et ses amis à la Secrétairerie d'Etat. Anxieux de faire connaître le fait avant l'ouverture attendue du conclave, Mgr Jouin avait contacté la Cour d'Autriche et y avait été écouté.

 

Dans une étude récente, l'historien italien Giovanni Vanoni s'étend quelque peu sur le sujet de l'Ordo Templi Orientalis, autrement connu comme l'OTO. Il l'appelle l'une des sociétés secrètes parmi les plus surprenantes de celles qui existent actuellement. Cette secte avait été fondée quelques années avant le conclave en question par un riche viennois, que ses fréquents voyages en Extrême-Orient avait rendu adepte de « techniques de magie sexuelle » enseignées par certains yoguis en Inde. Etaient co-fondateurs de l'OTO deux allemands : Théodore Reuss, également membre du rite maçonnique de Memphis, rite très secret d'origine anglaise, et Franz Hartman, un médecin qui avait passé plusieurs années aux Etats-Unis attaché au siège de la Société Théosophique, fondée par Mme Blavatski. Plus tard l'OTO comptera parmi ses fidèles Rudolph Steiner, dont les enseignements joueront un rôle important dans la vie d'Angelo Roncalli, causant son renvoi de la Faculté théologique du Latran. Le membre le plus célèbre de l'OTO fut probablement Alistair Crowley, immortalisé dans le premier roman à succès de Somerset Maugham : Le Magicien. Elu Grand Maître en 1912, Crowley se prétendit « être guidé par une intelligence supérieure », qui lui conseillait « d'ouvrir une Nouvelle Ere, destinée à succéder et à remplacer l'Ere Chrétienne, cette dernière étant à l'agonie ». Il se faisait appelé lui-même « la Bête ».

 

Quels qu'aient été les liens réels de Mariano Rampolla del Tindaro avec ces groupes, il faut noter que la dernière condamnation claire de la Franc-Maçonnerie par le Vatican remonte à l'encyclique Humanum Genus écrite en 1884, soit trois ans avant que le Pape Léon XIII ait nommé Rampolla son Secrétaire d'Etat.

 

Il est d'un plus grand intérêt encore de retracer les relations de Rampolla avec les cinq hommes qui devaient amener l'Eglise Catholique à cette « nouvelle ère ». Giacomo Della Chiesa, le futur Benoit XV, était un diplômé de la Capranica qui fut choisi par Rampolla pour être son secrétaire privé à la Nonciature de Madrid, ce qui allait fonder vingt ans de relations. Une fois Secrétaire d'Etat, Rampolla fit venir Pietro Gasparri de l'Institut catholique de Paris, dont il fit son premier adjoint à Rome. Gasparri deviendra le détenteur du pouvoir derrière le trône de Pie XI. Pendant ce temps, le jeune abbé Pacelli, demeuré longtemps sous la tutelle directe de Rampolla, devint son secrétaire particulier et l'accompagna dans ses fréquents voyages pour d'importantes missions diplomatiques. Ils assistèrent ainsi ensemble aux funérailles de la reine Victoria. Chargé des minutes à la Secrétairerie, l'abbé Pacelli avait accès, à l'âge d'environ vingt-cinq ans, aux réunions de haut niveau au Vatican. A cette époque, on pouvait rencontrer dans les bureaux de la Secrétairerie d'Etat, y ayant ses libres entrées, le père du futur Paul VI, le journaliste politicien Giorgio Montini, dont l'idée d'un parti politique patronné par l'Eglise avait séduit Rampolla. Le Pape Léon XIII en revanche n'avait pas été convaincu. Giorgio Montini était lié au cardinal Rampolla par l'intermédiaire d'un ami commun, intime et confident de ce dernier Mgr Radini-Tedeschi, qui sera longtemps collègue de Della Chiesa à la Secrétairerie d'Etat. Angelo Roncalli, originaire d'une famille de paysans pauvres, dut sa formation et son élévation à l'épiscopat entièrement à Radini-Tedeschi, devenant le secrétaire privé de cet évêque dont il écrivit la biographie à sa mort.

 

Compte tenu du puissant charisme personnel du cardinal sicilien et de l'orientation attribuée à ses engagements, les Catholiques traditionnels ont vite fait de dénoncer « une clique Rampolla » et même « une Maffia Rampolla ». Qu'il y ait eu alliance entre ces hommes, ce fut certainement le cas. Le quotidien du Vatican l'Osservatore Romano admit dans un éditorial célébrant l'élection du Cardinal Roncalli à la papauté en 1958 que c'est Benoit XV (Giaccomo della Chiesa) qui, de même qu'il l'avait fait pour Achille Ratti (Pie XI) et Eugenio Pacelli, avait mis le pied de celui qui fut Jean XXIII sur la première marche de l'échelle montant au Siège de Pierre. Il faut lire aussi le tome II du livre de Frère Michel de la Trinité Toute la Vérité sur Fatima. Il explique toutes les relations ambiguës de Pie XII avec le 33e Roosevelt, Montini, Béa…

1) Le personnage "Diana Vaughan" est une mystification du provocateur anticlérical Léo Taxil, qui mélangeait le vrai et le faux dans le but de discréditer l'Eglise.

 

Publié par XXX •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





 
Histoire
rss feed

L'Argument Skripal - Faurisson

05/04/2018 17:36:42
Vign2_Photo_affaire_Skripal_all
Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par Francis GOUMAIN •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_passeport_allemand_all
Normal 0 21 false false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_WhiteArmyPropagandaPosterOfTrotsky_all
Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Les usines à gaz existent

10/10/2016 10:41:27
Vign2_henry_ford_all
Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_genocide_armenien_all
Normal 0 21 false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_patria11_all
Normal 0 21 false false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

De Béria à Seligman

31/08/2015 20:06:35
Vign2_positive-psychology-psychotherapy-with-martin-seligman-phd-dvd-cover-art_all
Normal 0 21 false false false...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Ukraine ou Khazarstan ?

01/02/2015 12:53:53
Vign2_khazaria-fr_all
Quelques conditions géographiques sont nécessaires pour qu’une grande civilisation puisse s’épanouir dans l’espace et dans le temps. Trois des plus grandes civilisations du monde antique, la Chine, avec le Yang-Tsé-Kiang, la Mésopotamie, avec le Tigre et l’Euphrate, l’Egypte, avec le Nil, possédèrent...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_4a14405r_all
Normal 0 21 false false false FR...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

L'incendie de Saint-Gingolph

12/10/2014 17:05:15
Vign2_saint-gingolph_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
first prev 1 2 3 next last
 
Science
rss feed
Vign2_les_dupont_sur_la_Lune_all
Normal 0 21 false false fa...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  2 commentaires
Vign2_geo_all
Normal 0 21 false false false FR-CH...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  5 commentaires

Calcul du Temps

08/01/2014 18:55:21
Vign2_cadran_solaire2008_003_all
...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
list_album
Vign2_image001_all
Preuve visuelle que la théorie de Copernic est fausse...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Le dogme caduc de Copernic

31/10/2013 11:13:08
Vign2_systeme_copernic_all
S’il est un dogme solidement établi, c’est bien celui de Copernic (1473-1543), selon lequel la terre tourne autour du soleil. Mettre en doute un tel dogme, c’est immédiatement passer pour fou, tellement la question ne se pose même pas, le dogme ayant été comme incrusté dans le cerveau depuis l’enfance et les centaines...Lire la suite
Publié par Michel MOTTET •  Ajouter un commentaire  3 commentaires
first prev 1 2 next last
 
Figures de légende
rss feed

Hommage à Ernest Zündel

01/09/2017 08:17:19
Vign2_1045055-le-pamphletaire-et-editeur-negationniste-allemand-ernst-zundel-le-9-fevrier-2006-a-mannheim-en-allem_all
Ernst Zündel Pour Ingrid Rimland, l’épouse du défunt (29 avril 1939 – 5 août 2017) : « Il n’y a aucun dout...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  2 commentaires
Vign2_volontari_di_francia_carlo_panzarasa_all
Carlo Alfredo Panzarasa Dans ce monde qui marche cul par-dessus tête, il est des destins d’une logique impitoyable… Prenez Dario Fo : en 1943, à 17 ans, il est engagé volontaire dans les parachutistes, unité d’élite de la Répu...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_georges-bernanos1_all
Normal 0 21 false false false FR...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_jean_edern_hallier_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_ezra_pound_arno_breker_all
Normal 0 21 false false false FR...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_Vilfredo_Pareto_all
...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Vign2_WagnerBrekerlarge_all
Richard Wagner par Arno Breker Jacques d’Arnoux (1896-1980), grand invalide de la Première guerre mondiale, grand officier de la Légion d’honneur, proposa dans son ouvrage Paroles d’un revenant (Ed. Plon, 1941, page 238) une hiérarchie des arts selon le rang suivant : <...Lire la suite
Publié par René-Louis BERCLAZ •  Ajouter un commentaire  2 commentaires

Eloge du Colonel Olrik

09/11/2013 14:26:27
Vign2_olrik_all
Éloge du colonel Olrik, homme de goût, de savoir et d’action, chef du 13e Bureau pour la sûreté de l’État, directeur des services d’espionnage de l’Empire, conseiller de l’empereur Basam Damdu Dès la deuxième image du premier alb...Lire la suite
Publié par Jean-Jacques LANGENDORF •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
 
Communiqué

Suite au blocage des

transactions par PayPal,

la boutique en ligne des

Editions de Cassandra a

été supprimée.

 

Nous nous excusons

pour ce désagrément,

mais il faut savoir que

cette mesure unilatérale

a été prise à l’insu de

notre plein gré et sans

que PayPal ne daigne

donner la moindre

explication à ce sujet.

 

Nous vous remercions

de votre compréhension

et nous vous confirmons

que ces livres et brochures

sont toujours disponibles.

 

Il suffit pour se les

procurer de demander

notre catalogue

à l’adresse suivante :

 

EDITIONS DE CASSANDRA

Case postale 141

CH-3960 Sierre (Suisse)

editionsdecassandra@yahoo.fr

 

 
Charte du Site
Vign_5160636-sceau-de-cire-avec-un-drapeau-suisse-sur-le
Quand la Vérité n'est pas libre, la Liberté n'est pas vraie

Selon l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, adoptée à Paris par l’Assemblée générale des Nations Unies en date du 10 décembre 1948 :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Lors de la 102e session du Comité des Droits de l’homme qui s’est tenue à Genève du 11 au 29 juillet 2011, l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme a été amendé par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (Observation No 34).

Ce Pacte a valeur contraignante pour les Etats parties. La Confédération helvétique n’a pas formulé de réserve concernant le paragraphe 49.

« 49. Les lois qui criminalisent l’expression d’opinions concernant des faits historiques sont incompatibles avec les obligations que le Pacte impose aux Etats parties en ce qui concerne le respect de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression.
Le Pacte ne permet pas les interdictions générales de l’expression d’une opinion erronée ou d’une interprétation incorrecte d’événements du passé. Des restrictions ne devraient jamais être imposées à la liberté d’opinion et, en ce qui concerne la liberté d’expression, les restrictions ne devraient pas aller au-delà de ce qui est permis par le paragraphe 3 ou exigé par l’article 20. »

L’article 261 bis du Code pénal suisse (loi dite antiraciste) est entré en vigueur en date du 1er janvier 1995. Le paragraphe 4 vise celui qui :

« (…) niera, minimisera grossièrement ou cherchera à justifier un génocide ou d’autres crimes contre l’humanité. »

Ce paragraphe a été interprété et appliqué sans mesure de manière à criminaliser des opinions non conformes à la version obligée de l’Histoire. Cette loi-bâillon a introduit dans l’espace de liberté qu’a toujours symbolisé notre Confédération une entrave à la liberté d’expression, telle qu’elle se trouve pourtant garantie par l’article 16 de la Constitution fédérale.

CONCLUSION : le paragraphe 4 de l’article 261 bis est manifestement incompatible avec le paragraphe 49 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Dont acte !

La Sentinelle du Continent est là pour veiller à l'application de ce Pacte afin qu'il ne reste pas lettre morte.

Les atteintes à la liberté d'expression qui seront portées à sa connaissance  pourront faire l'objet d'une publication sur le site.

La Sentinelle du Continent se réserve le droit d'agir en justice, d'entente avec les personnes susceptibles d'avoir été  lésées dans l'exercice de leurs droits fondamentaux.

Visites
© 2013
Créer un site avec WebSelf